Critique et utopie
EAN13
9782743623159
ISBN
978-2-7436-2315-9
Éditeur
Rivages
Date de publication
Collection
Petite bibliothèque
Nombre de pages
256
Dimensions
17 x 11 x 0 cm
Poids
158 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Offres

On tente ici d'organiser, autour du concept de critique, doublé de celui d'utopie, une lecture suivie – c'est-à-dire conséquente – des écrits de Walter Benjamin (1892-1940). Un troisième terme, celui de crise, dessine entre les deux premiers l'espace problématique d'une histoire en train de se faire ou de se défaire.
Sous le titre de Crise et Critique, Benjamin a envisagé avec Brecht et quelques autres, à l'heure de la montée des périls dans la jeune République allemande de Weimar, (et plus précisément au tournant de l'année 1930) la publication d'une revue engagée sur le front de l'art, de la littérature et de la culture. Ce projet avorta, mais les échanges auxquels il donna lieu alimentent la définition benjaminienne de la “ tâche de la critique ” (un ensemble de fragments éclatés). A vrai dire, Benjamin n'avait pas attendu ce moment pour mettre au premier plan de sa pensée la notion de critique. Chacun des objets qu'il a étudiés jusqu'alors — le concept de critique d'art dans le romantisme allemand, Les Affinités électives de Goethe, origine du drame baroque allemand — lui permet de creuser sous divers angles une théorie de la critique indissociable de la pratique de celle-ci. La critique proprement littéraire, ce faisant, ne manque pas de border la philosophie de l'art, ni de déborder vers l'histoire et la politique, ce dernier trait s'accentuant, sous la pression des circonstances, avec Sens unique (1928) et le Passagenwerk, l'Oeuvre des Passages (1928-1940).
Le recueil de textes présenté ici — coupe transversale dans les écrits de Benjamin — repose sur des extraits et des fragments significatifs, attestant d'une méthode qui se veut mobile pour affronter et exploiter tout à la fois le grand vent de l'époque. S'il y a quelque risque à bâtir ainsi sur des éléments dispersés — mais d'un autre côté tout autant rassemblés —, on est en droit de s'y sentir autorisé par la démarche de l'auteur lui-même, procédant volontiers
S'identifier pour envoyer des commentaires.